Une personne sur deux se sert de la reconnaissance vocale, selon Capgemini